Comment le protocole "3 passages"  m'a permis d'automatiser une première formation en ligne,
puis toutes les autres  ?

Lorsque l'on créé des formations en ligne, le plus difficile n'est pas de créer le produit, mais bien de le vendre et cela toute l'année. C'est à ce moment-là que la question "Comment mettre en place un système qui va tourner tout seul" surgit.

Cette problématique existe depuis bien longtemps, mais les outils pour automatiser l'ensemble du système n'étaient pas encore accessible aux petites entreprises ou aux infopreneurs.

Puis, sont arrivé de nouveaux outils qui nous ont permis d'activité l'option "Automatisation".

Je vais être franc avec vous, j'ai très longtemps hésité à utiliser cette option, car j'avais un système qui tournait bien et que le peu de fois où j'ai testé cela s'est transformé en échec.

Pas un échec total, mais les résultats que j'obtenais n'était suffisant en comparaison du travail fourni.

Pour vous donner une petite idée, sur un entonnoir de vente d'une formation, il n'y avait que 20 % du processus qui était réellement automatisé.

Pourquoi il était difficile d'automatiser le processus ?

Comme je vous l'ai dit plus haut, c'est parce que nous n'avions les bons outils ou alors ils étaient complexes.

Un des outils qui nous permettait et qui nous permet toujours d'automatiser le processus, c'est l'auto-répondeur (AR).

Mais là encore, les fonctions étaient limitées ou bien il fallait jouer avec des règles un peu prise de tête.

Puis est apparu dans les meilleurs AR, la fonction automation.

Un véritable bonheur cet outil. Nous pouvions enfin segmenter de façon intelligente notre communication par email.

Il existait un autre outil que peu de personnes utilisaient. Je veux parler de la fonction "Test A/B" et il faut dire que Google à tout fait pour faire fuir les entrepreneurs web, les formateurs et les infopreneurs.

Pourtant, c'est un outil que j'utilise depuis très longtemps et cela m'a rendu bien des services.

Ma grande dyslexie fait que je ne suis vraiment pas très bon dans la création d'accroche écrite ou visuelle. Cela aurait pu être un véritable handicap, mais les tests A/B me permettaient et me permettent encore aujourd'hui de trouver assez vite ce qui convient.

Ensuite, il existait d'autres outils, mais j'appelle ça des gadgets et ceux-ci ne tenaient pas la route dans le temps. Beaucoup ont vu le jour et n'existe plus aujourd'hui.

Alors comment réussir à mettre en place une automatisation digne de ce nom ?

Cela ne s'est pas fait du jour au lendemain surtout quand un autre facteur est venu intégrer le processus de vente.

Je veux parler de la publicité et principalement la pub facebook.

Quand cela est arrivé, nous avions enfin deux manières bien différentes d'attirer du trafic sur notre site.

Cela a commencé par du trafic direct vers les pages de vente puis avec le temps sur les pages de capture et aujourd'hui vers des pages intermédiaires.

Cette nouvelle variable a complexifié le processus, mais aussi nous a apporté de très bons outils d'analyses.

C'est à ce moment-là que l'on a commencé à entendre parler de retargeting ou remarketing.

Cette nouvelle façon de travailler a attiré les webmarketeurs et ceux-ci ne juraient que par l'automatisation, encore et encore.

Seulement voilà. Pour pouvoir automatiser il faut d'abord être certain que l'ensemble du système fonctionne.

En d'autres termes, est-ce que les fuites ont été bouché et est-ce que les pourcentages de chaque étapes sont optimum.

Et c'est là que le bât blesse.

Comment savoir si tout est OK et qu'il n'y a pas de déperdition ou du moins des déperditions acceptables.

Cette étape est zappée par 95 % des webmarketeurs
parce qu'elle n'est pas sexy.

Quelle est cette étape que les webmarketeurs vous cache ?

C'est celle de l'analyse

Je dirais presque que dans le monde du marketing sur le web, c'est même considéré comme un "Gros Mot".

Pourtant. Comment agir sans avoir des chiffres qui nous indiquent où nous devons agir.

Je vais juste prendre l'exemple de la page de capture.

Plus de 80 % des personnes qui veulent récupérer l'adresse email des visiteurs vont modifier une fois, deux fois, trois fois... leur page de capture avant même de l'avoir présenté au marché.

Ce sont trois modifications inutiles, ce sont de véritable coup d'épée dans l'eau et surtout, c'est une perte de temps énorme.

Si j'avais un conseil à vous donner, ce serait celui-ci :

Créé une page de capture simple et mettez-là face au votre marché. 

Pendant que vous générez du trafic vers cette page, vous créez une deuxième page de capture avec une autre accroche ou un design différent.

Quand cette page est prête, mettez-là en confrontation direct avec la première.

Pour cela, il vous suffit d'envoyer 50 % du trafic sur la page originale et 50 % sur l'autre page.

Si votre système ne vous propose pas le test A/B, utilisez l'outil "Optimize" de Google.

Ensuite, concentrez-vous sur le trafic. 

Pour avoir des résultats rapides, il vous faudra utiliser la publicité.

Une fois que vous aurez au minimum 1000 visites, vous aurez de quoi analyser les résultats.

Vous gardez la meilleure et vous essayez de l'améliorer si le taux d'inscription n'est pas à la hauteur de vos attentes.

Sur quoi devez-vous passer du temps
pour que cela soit productif ?

La liste est longue. Il y a des actions que vous devez faire dès maintenant pour améliorer votre entonnoir de vente et même l'ensemble de votre business sur le web.

Plutôt que de vous décrire cette liste à rallonge, j'ai préféré préparer cinq vidéos sur le sujet. 

Pour accéder aux 5 vidéos sur :
 "Comment Optimiser pour mieux automatiser"

Il vous suffit d'indiquer votre adresse email ci-dessous 
et vous serez redirigez vers la première vidéo, puis la seconde...

Au programme :

- Vidéo 1/5 : Automatisation, bonne ou mauvaise idée ?

- Vidéo 2/5 : Pourquoi devriez-vous vous focaliser sur l'optimisation

- Vidéo 3/5 : Les 7 points que vous pouvez optimiser rapidement

- Vidéo 4/5 : Analyser de votre travail avant de passer à l'action

- Vidéo 5/5 : Comment passer de l'optimisation à l'automatisation