Faire partie de la famille des Dys est une force. La preuve dans cet article.

Faire partie de la famille des Dys est une force. La preuve dans cet article.

Une de mes plus belles réussites en tant que grand dys, c’est d’avoir créé une entreprise sur le web.

Malgré toutes les croyances que je pouvais avoir, j’ai trouvé des moyens pour contourner mes handicaps (léger ou profond).

Revenons 12 ans en arrière.

Quand j’ai découvert internet, j’ai de suite su que cet outil était fait pour moi.

Ne me demandez pas comment je le savais.

Tout à débuté en 2007.

J’ai débuté dans le MLM et bien que je commençais à générer un joli revenu complémentaire à celui que mon travail, j’ai vite ressenti que ce type d’activité ne me correspondait pas.

À l’aide de deux de mes mentors de l’époque (Stéphanie Hétu et Sylvie Laflamme) j’ai découvert la vidéo type capture d’écran.

C’est là que je me suis lancé le défi de faire des vidéos tutoriels sur des outils indispensables pour les entrepreneurs web.

Seulement, voilà.

Ces outils étaient en anglais et je ne parlais ni ne comprenais l’anglais.

Pas grave.

Un outil est un outil et si on sait ou si on connait le résultat que l’on souhaite obtenir, il suffit de tester encore et encore l’outil pour trouver la solution.

C’est ce que j’ai fait.

Et en 2007 je sortais ma première formation vidéo sur un outil anglophone.

Mais le challenge ne s’arrêtait pas là.

En 2007, le débit était beaucoup trop faible pour mettre des vidéos en ligne (je ne sais même pas si Youtube était déjà connu en France).

Il m’a fallu trouver des solutions.

Puis en 2009, la plateforme Amazon S3 est arrivé et avec ça un meilleur débit dans nos chaumières.

Cela a donné un sacré bol d’air à la vidéo.

Et j’ai pu durant dix bonnes années créer un très grand nombre de formations vidéo.

Pour un grand Dys, ce challenge a été et est toujours le plus fort.

Le second gros challenge que je me suis lancé, il n’est pas vieux.

Il a commencé en 2017.

En tant que grand Dys, l’écriture a toujours été un frein.

Et pourtant.

Suite à l’achat d’une formation sur l’écriture d’email, j’ai passé le cap.

En 2017, j’ai écrit 45 emails en 45 jours.

Un véritable exploit pour moi.

Puis, le vide.

Plus d’inspiration, alors j’ai préféré arrêter plutôt que de me forcer.

L’envie d’écrire est revenue il y a 4 mois.

Et actuellement, vous lisez le cent huitième email de cette série.

Je ne sais pas si cela s’arrêtera ou pas.

Toujours est-il qu’aujourd’hui j’ai envie de fêter ce 108e email.

J’aurais pu le faire pour le 100e, mais je préfère le faire maintenant.

Une nouvelle fois j’en fais qu’à ma tête.

Et pour tout dire, j’aime ça.

Bon, mon caractère de grand Dys refait surface.

Christian Maingret – Grand Dys et fier de l’être.

PS : Découvrez la conférence que j’ai à Nice en janvier 2018.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu